Une organisation patronale
au service des entrepreneurs du Gard (30)

Dossier spécial "Plan de relance en temps réel"

Retrouvez dans ce dossier toutes les informations mises à jour en temps réel dans le cadre du plan de relance de l'économie.

NOUVEAUtés

> 22/12/2020 - Le guide des dispositifs destinés aux PME et TPE

La Direction Générale des Entreprises a récemment publié un guide des dispositifs et des mesures à destinées aux PME et TPE. Ce guide présente ces mesures de manière très opérationnelle, il permet de répondre aux besoins concrets des entreprises et détaille les mesures visant à :

• Répondre aux besoins de financement des entreprises impactées par le COVID-19
• Permettre aux entreprises d'entamer leur transition écologique et décarbonation
• Bénéficier du plan de rénovation du bâtiment
• Enager leur transistion numérique
• Renforcer leurs capacités d'innovation
• Investir en France ou développer leurs capacités à l'export
• Recruter de nouvelles compétences ou maintenir l'emploi
• Accélérer leur développement

> Accéder au guide


> 27/11/2020 - Nucléaire : ouverture d'un appel à projets

 

Afin de maintenir les compétences nécessaires et assurer l’excellence opérationnelle de l'industrie nucléaire, l’ouverture d’un appel à projets portant sur le soutien à son investissement et à sa modernisation a été annoncée le 27 novembre.  

En savoir +


> 04/11/2020 - Un guichet de subvention pour l'efficacité énergétique des entreprises

Nous avons le plaisir de vous annoncer l'ouverture d’un guichet de subvention pour aider les entreprises industrielles à s’équiper pour améliorer leur efficacité énergétique. L’objectif de ce dispositif est de permettre à des entreprises industrielles de toutes tailles d’obtenir simplement des subventions pour leurs projets d’efficacité énergétique d’une valeur de moins de 3 millions d’euros. L’aide sera attribuée par l’Agence de Services et de Paiements (ASP) sur la base d’une procédure simple : après vérification préalable de l’éligibilité sur la base du devis, les paiements seront versés sur la base des factures.

Vous trouverez toutes les informations au sujet de ce dispositif sur le site de la DGE .

Vous trouverez également une brochure présentant les principaux dispositifs mis en œuvre pour accompagner les efforts de décarbonation des entreprises.



Plan "France Relance" du Gouvernement

Le plan en détail

Plan de relance économique : 100 milliards d'euros sur deux ans

Le plan de relance a été présenté au Conseil des ministres du 3 septembre 2020 par le ministre de l'économie,des finances et de la relance.

Il s'agit d'un plan d'investissements qui comprend des mesures pour favoriser la transition écologique, la compétitivité et l'innovation mais aussi pour soutenir la création d'emplois. Cette enveloppe globale de 100 milliards d'euros sur deux ans vise à retrouver un niveau d'activité semblable à la période d'avant crise d'ici à 2022.

La mise en œuvre et le suivi de l'exécution du plan se feront :

  • au niveau national, notamment avec un Conseil de suivi de la relance chargé de procéder à une revue de l'avancement du plan d'un point de vue sectoriel et territorial ;
  • au niveau local, avec des comités de suivi régionaux qui seront chargés d'informer l'ensemble des acteurs locaux sur les modalités de mise en place du plan, ces comités devant inclure les services de l'État, les représentants des collectivités locales et les partenaires sociaux.

Les dépenses du plan de relance seront engagées sur deux ans et financées avec :

  • la troisième loi de finances rectificative pour 2020 ;
  • le projet de loi de finances pour 2021 et le programme d'investissement d'avenir ;
  • le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 ;
  • le plan de relance européen (l'Union européenne finançant le plan français à hauteur de 40 milliards d'euros).

100 milliards d'euros répartis en 3 volets :

Volet Ecologie

Montant : 30 milliards d’euros
Objectif : accélérer la conversion écologique de l’économie française
Mesures :

Volet Compétitivité

Montant : 35 milliards d'euros
Objectif : favoriser le développement d’activité à forte valeur ajoutée en France et créer des emplois
Mesures :

Volet Cohésion

Montant : 35 milliards d'euros
Objectif : éviter la hausse des inégalités en France
Mesures :

> Dossier de presse

> Annexes - Toutes les mesures du Plan "France Relance"

Appels à projet

Dans le cadre du Plan de Relance, plusieurs Appels A Projet (AAP) destinés à répondre aux enjeux de la compétitivité industrielle, de la transition écologique et de la souveraineté technologique viennent de paraitre.

Vous pourrez en retrouver les modalités et y candidater (dès à présent) via les liens ci-dessous :

>> Afin de vous permettre d'y voir plus clair, le Pôle Economie du MEDEF a réalisé un document de suivi recensant plusieurs appels d'offre du Plan de relance.

Ressources documentaires et sites utiles

Ressources documentaires

Sites utiles



FAQ

Les mesures d’accompagnement des entreprises annoncées par le Président de la République, le Premier ministre et les ministres du Gouvernement dans le cadre de la relance sont en cours de déclinaison.

Construite autour des questions les plus fréquemment posées par les entreprises, cette aide en ligne doit permettre de vous apporter des réponses simples, concrètes et immédiatement opérationnelles ainsi que les points de contact pour vous accompagner dans le cadre de ce plan de relance. Cet outil sera mis à jour quotidiennement et complété par les décryptages éventuels réalisés par le Medef.

Pour mes salariés

Pour sauvegarder leur emploi

FNE-Formation
Le FNE-Formation est un dispositif dédié à la formation des salariés placés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée. Il consiste en une prise en charge par l’Etat d’une partie des coûts pédagogiques du projet de formation. L’objectif : faciliter la continuité de l’activité des salariés face aux transformations liées aux mutations économiques et favoriser leur adaptation à de nouveaux emplois en cas de changements professionnels dus à l’évolution technique ou à la modification des conditions de production.

Activité partielle de longue durée (APLD)
Si votre entreprise est confrontée à une réduction durable de son activité, après signature d’un accord collectif, vous pouvez diminuer l’horaire de travail de vos salariés et recevoir pour les heures non travaillées une allocation.

> Fiche détaillée des deux mesures

> Evolutions des dispositifs d’activité partielle, MEDEF, 21 octobre 2020

 

Pour embaucher des jeunes de moins de 26 ans et des personnes handicapées

Aide à l’embauche des jeunes
Depuis le 1er août 2020 et jusqu’au 31 janvier 2021, vous bénéficiez d’une aide d’un montant pouvant s’élever jusqu’à 4 000 € pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans.

Aide aux employeurs qui recrutent en apprentissage
Dans le cadre du plan #1jeune1solution, vous pouvez bénéficier d’une aide exceptionnelle, si vous recrutez un salarié en contrat d’apprentissage, préparant un diplôme jusqu’au niveau master.
> Fiche détaillée de la mesure

Aide exceptionnelle aux employeurs de salariés en contrat de professionnalisation
Dans le cadre du plan #1jeune1solution, vous bénéficiez d’une aide exceptionnelle si vous recrutez un alternant en contrat de professionnalisation, jusqu’au niveau master.

Aide à la mobilisation des employeurs pour l’embauche des travailleurs handicapés
Vous bénéficiez d’une aide d’un montant pouvant s’élever jusqu’à 4 000 € si vous embauchez un salarié ayant la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).
> Fiche détaillée de la mesure

Pour bénéficier des aides et/ou mesures pour la transformation (notamment via des appels à projets)

Ecologique (rénovation énergétique des locaux, décarbonisation de l’industrie, énergie verte, recyclage…)

Crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des TPE/PME
Le crédit d’impôt concerne les dépenses engagées pour les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires des TPE et PME.

Décarbonation de l’industrie – Soutien à la chaleur bas carbone
La décarbonation de l’industrie a pour objectif d’accompagner les entreprises industrielles dans l’utilisation de sources de chaleur moins émettrices de CO2 comme la biomasse ou les Combustibles Solides de Récupération (CSR)

Décarbonation de l’industrie – Soutien à l’investissement pour l’efficacité énergétique et la transformation des procédés
Industriels, vous avez des projets d’investissements dans des technologies, équipements, procédés, moins émetteurs de CO2, ces dispositifs de soutien sont là pour vous accompagner.
Calendrier : ouverture 10 septembre 2020 et clôture le 20 octobre 2020 (un renouvellement est à prévoir en 2021).

Fonds d’investissement
Cette mesure vise à soutenir les PME et les ETI sensibles de la filière nucléaire et à accompagner leur croissance.

Fonds pour le recyclage des friches
Dans le cadre du plan de relance, le Gouvernement déploie un fonds de 300 M€ pour financer des opérations de recyclage des friches et la transformation de foncier déjà artificialisé. La réhabilitation des friches constitue en effet un enjeu majeur d’aménagement durable des territoires afin de maîtriser l’étalement urbain, de limiter la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers et de protéger les sols contre leur artificialisation.

Investissement dans le réemploi et le recyclage
Cette mesure a comme objectif d’accompagner la réduction de l’utilisation du plastique (notamment à usage unique), favoriser l’incorporation de plastique recyclé et d’accélérer le développement du réemploi.

Numérique (numérisation, digitalisation, robotisation…)

Aide à l’investissement de transformation vers l'industrie du futur
Cette mesure vise à soutenir la montée en gamme des PME et ETI industrielles par la diffusion du numérique et l’adoption des nouvelles technologies (fabrication additive, robotique, réalité virtuelle ou augmentée, logiciels de conception, contrôle non destructif, etc.)

Aide pour la maîtrise et la diffusion numérique dans le cadre de « IA Booster »
IA Booster vous accompagne dans la transformation numérique de votre entreprise, en vous permettant d’intégrer des solutions d’intelligence artificielle dans vos process de façon à réduire vos coûts de production, de monter en gamme et d’améliorer votre compétitivité.

Aides France Num pour la transformation numérique
L’initiative France Num a pour objectif de vous accompagner dans la transformation numérique en vue du développement de votre activité au moyen du numérique.


Liée à la relocalisation (production industrielle dans les territoires, sécurisation des approvisionnements critiques)

Sécuriser nos approvisionnements stratégiques
La crise de la Covid-19 a mis en exergue la dépendance industrielle et technologique de l’économie française, et la fragilité de certaines chaînes de valeurs mondiales. Il est nécessaire de renforcer la production nationale et de soutenir l’implantation ou la réimplantation, sur le territoire, de certaines industries stratégiques.

  • Soutien à l’investissement ciblé sur des secteurs stratégiques
    5 appels à projets seront lancés en 2020 pour identifier les projets sélectionnés dans les secteurs suivants : santé, agroalimentaire, électronique, télécommunications, intrants essentiels pour l'industrie (métaux et alliages, matières premières industrielles, produits intermédiaires, produits chimiques, etc.
  • Renforcement des outils capitalistiques à l’industrialisation de projets de relocalisation.

> Fiche détaillée de la mesure

Soutien aux projets industriels dans les territoires
Le soutien à l’investissement industriel dans les territoires vise à accélérer des projets structurants, prêts à être engagés rapidement, afin de favoriser la relance de l’industrie française et la compétitivité des entreprises en lien avec les régions.
La mesure concerne le soutien aux projets d’investissement à dimension industrielle, prêts à être engagés dès la fin de l’année 2020 et susceptibles d’avoir des retombées socio-économiques fortes pour les territoires. La démarche est co-construite entre l’État et les régions dans le cadre du programme Territoires d'industrie.

Deux nouveaux moyens sont mobilisés :

  • Mise en place d’un fonds de 400 millions d'euros de subventions mobilisables pour des projets d’investissement portés par des acteurs privés
  • Mise en place de mesures inscrites dans le « Pack Rebond » à destination des Territoires d'industrie et visant à soutenir la reprise.
    Fiche détaillée de la mesure

> Fiche détaillée de la mesure

De mon territoire (mobilité, infrastructures, tourisme durable, développement local…)

Fonds de soutien aux investissements industriels dans les territoires
Un fonds de 400 M€ de subventions est mis en place en faveur des projets industriels les plus structurants pour les territoires.

Fonds de soutien à l’émergence de projets dans le tourisme durable
Création d’un fonds visant à faire émerger et faire grandir des projets innovants et à fort ancrage territorial dans le tourisme durable.

Soutien à l'export (Assurance-prospection, chèque export, chèque VIE…)

Le Plan de Relance Export repose sur 5 axes, des fondements structurants qui permettront aux entreprises de calibrer leur projet export avec stratégie et minutie. Les 13 mesures du plan de relance des exportations françaises sont autant de leviers simples, lisibles et efficaces qui permettront à nos entreprises de tirer pleinement parti des 100 milliards d’euros du plan de relance pour repartir à la conquête des marchés étrangers.

  • Le Chèque Relance Export permet de bénéficier de prestations d’appui à l’export par des opérateurs agréés. Il prend en charge 50 %, dans la limite d’un plafond, des dépenses éligibles (hors taxes, avec un plancher de valeur de 500 euros) d’une prestation d’accompagnement à l’international, y compris digitalisée, pour les PME et ETI françaises.
  • Le Chèque relance V.I.E, qui sera lancé en janvier 2021, sera un dispositif qui mobilisera les talents pour le développement international des PME/ETI

> Pour en savoir plus, accédez "Guide des mesures de relance des exportations"

Pour renforcer les fonds propres des TPE/ PME et ETI

La crise sanitaire a fortement affectéla situation financière des entreprises françaises, et notamment des petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI), et a contribué à accroître leur endettement tout en pénalisant leurs fonds propres.

Afin de restaurer la capacité d’investissement des entreprises en sortie de crise, de leur permettre d’embaucher et de rester compétitives, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont présenté le 19 octobre 2020 la feuille de route du Gouvernement pour renforcer la situation financière des entreprises dans le cadre du plan de relance, en présence des fédérations d’entreprises, des associations professionnelles du secteur financier et des associations d’épargnants, ainsi que de parlementaires.

Ils ont détaillé plusieurs initiatives prévues dans le plan de relance qui permettront de renforcer les fonds propres des entreprises françaises, tout en mobilisant l’épargne privée, qui est abondante. En rééquilibrant ainsi leur bilan, ces mesures permettront la relance de l’investissement des entreprises et une reprise durable de l’économie :

Le label « Relance », destiné à orienter l’épargne vers les fonds propres des entreprises françaises, en particulier des PME et des ETI

  • Garantie de fonds propres Bpifrance de 1 milliard d'euros
    Cette mesure vise à encourager l’investissement dans les PME françaises à travers un mécanisme de garantie de fonds propres, renforcé dans le cadre de la relance et distribué par Bpifrance. Elle pourra être accordée aux placements financiers qui recevront un label « France Relance ». Ce label sélectionnera les fonds les plus pertinents pour une reprise durable de l’économie permettant à chacun d’orienter son épargne vers les financements de long terme utiles aux PME et ETI. 

> Fiche détaillée de la mesure

Un dispositif de prêts participatifs ou d’obligations soutenus par l’Etat, permettant de générer entre 10 et 20 milliards d’euros de quasi-fonds propres pour les projets d’investissement des entreprises françaises

Un programme ambitieux de prêts participatifs sera mis en place dans le cadre du plan de relance, avec le soutien de l’Etat. Ce dispositif continuera à faire l’objet d’une co-construction avec la profession bancaire et l’ensemble des parties prenantes, entreprises et investisseurs, notamment pour en préciser les caractéristiques techniques.

Ces prêts seront distribués par des banques, des sociétés de financement ou des fonds dans le cadre d’un accord avec l’Etat. Ils seront refinancés sur le marché auprès d’investisseurs institutionnels dans des fonds de créances. Il est également envisagé d’ouvrir le  dispositif à des financements obligataires subordonnés, octroyés par des fonds de capital-investissement, selon le même schéma.

D’autres initiatives contribueront au renforcement des fonds propres et la trésorerie des entreprises

Deux dispositions complémentaires sont prévues dans le projet de loi de finances afin de renforcer les fonds propres et la trésorerie des entreprises dans le contexte de la relance :

  • une incitation à la réévaluation libre des actifs de l’entreprise, dont l’impact fiscal sera neutralisé ;
  • une facilitation des opérations de cession-bail par le biais d’un dispositif de neutralisation de l’impact fiscal, qui permettra aux entreprises de générer des fonds propres et de la trésorerie à partir d’actifs existants.

Le fonds « Bpifrance Entreprises 1 », lancé le 1er octobre 2020, permettra également à Bpifrance de dégager de nouvelles ressources pour investir dans les entreprises françaises, en s’appuyant sur l’épargne des particuliers.

> Accord de Place pour la création du Label "Rlance" signé le 19 octobre 2020 par les fédérations professionnelles concernées et le MEDEF en la personne de Patrick Martin

> Dossier de presse "Mobiliser investisseurs et épargnants pour une reprise rapide et durable de l’économie française" du Ministère de l'économie du 19 octobre 2020

> Communiqué de presse du Ministère de l'économie du 19 octobre 2020

Pour connaître les mesures liées à la baisse des impôts de production

Cette mesure vise à alléger les impôts de production des entreprises, qui sont déconnectés de leurs performances économiques, dans un objectif de renforcement de leur compétitivité et de l’attractivité du territoire.

  • La réduction de moitié de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
  • La réduction de moitié de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) pour leurs établissements industriels évalués selon la méthode comptable.
  • L’abaissement de 3 % à 2 % du taux de plafonnement de la cotisation économique territoriale (CET) en fonction de la valeur ajoutée, ce qui permettra d’éviter qu’une partie du gain de la baisse de la CVAE et des impôts fonciers ne soit neutralisée par le plafonnement.

> Fiche détaillée des mesures

> Pour en savoir plus



Mesures par secteurs ou thématiques - Par ordre alphabétique de secteurs 

Agroalimentaire - agriculture

Le volet “Transition agricole, alimentation et forêt” du plan de relance se fixe 3 objectifs :

  • renforcer la souveraineté alimentaire :364 millions d’euros
  • accélérer transition agro-écologique est au service d’une alimentation saine, durable et locale pour tous les Français, dotée de 346 millions d’euros
  • et adapter l’agriculture et la forêt françaises au changement climatique : 300 millions d’euros

1,2 milliard d’euros sont ainsi spécifiquement dédiés aux secteurs agricole et agroalimentaire, auxquels s’ajoutent les mesures transversales du plan de relance dont bénéficieront les agriculteurs et les industries agroalimentaires, notamment celles portées par le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance et celles du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion :

  • Les mesures de relocalisation de la production industrielle dans les territoires
  • Le renforcement des fonds propres des TPE/PME et ETI
  • La rénovation des bâtiments, notamment de l’enseignement et des TPE/PME
  • La décarbonation de l’industrie
  • Le renforcement des filières de la pêche et de l’aquaculture pour une meilleure résilience et souveraineté de la France
  • L’investissement dans les technologies d’avenir via le 4e programme d’Investissement d’Avenir
  • L’aide à l’embauche des jeunes de moins de 26 ans
  • La formation des jeunes sur les secteurs stratégiques et porteurs
  • Le maintien de l’emploi et des compétences via l’activité partielle de longue durée et le FNEFormation
  • Le renforcement des compétences des actifs et la transformation de la formation professionnelle

Plan de relance : 1,2 milliard d'euros dédiés au volet transition agricole, alimentation et forêt pour préparer l'agriculture de demain, Communiqué de presse, Ministère de l'agriculture et de l'alimentation, 3 septembre 2020

 

Aéronautique - Automobile

BTP - Construction de matériaux

Près de 7,5 milliards d'euros sont mobilisés pour la rénovation énergétique des bâtiments et la relance de la construction durable.

  • 4 milliards pour la rénovation des bâtiments publics (écoles, université, etc.) et 2 milliards pour les ménages via Maprimerénov' qui sera accessible à tous les ménages, sans plafond de revenus, à partir du 1er janvier 2021. Le gouvernement veut notamment viser les rénovations globales et s'adresser aux bailleurs et aux copropriétés, là où les travaux sont les plus difficiles à déclencher. Sont prévus 500 M€ pour la rénovation énergétique du parc social et 200 M€ pour le parc des PME/TPE.
  • Enfin, un programme de rénovation des structures d'hébergement d'urgence bénéficiera des fonds d'une enveloppe de 100 M€.

Rénovation énergétique (Volet écologie)

Pour rappel - Plan de soutien, Juin 2020

Soutien au secteur du bâtiment et des travaux publics, Communiqué de presse, Gouvernement, 11 juin 2020

 

Culture

En 2020, l’État a mis en place des mesures d’urgence, qui se sont traduites par la mobilisation de 856 M€ d’aides spécifiques pour la Culture, auxquelles s’ajoutent « l’année blanche » pour l’intermittence (949 M€) et des aides transversales (activité partielle, exonérations de charges sociales, fonds de solidarité, prêts garantis par l’Etat pour un total de près de 3,3 Mds€). Ces aides se poursuivront pour partie et selon des modalités adaptées, jusqu’à la fin de l’année 2020.

Le plan de relance, avec 2 Mds€ complémentaires, permettra de soutenir le patrimoine dans les territoires, de favoriser la reprise du spectacle vivant et la reconquête de notre modèle de création, ainsi que de consolider nos grandes filières économiques culturelles.

Cinq grandes priorités ont été dégagées :

1. La restauration du patrimoine,
2. L’aide au spectacle vivant et aux établissements publics de création,
3. Le soutien aux artistes et aux jeunes créateurs à travers des aides spécifiques à l’emploi, un programme exceptionnel de commande publique et un renforcement de l’enseignement supérieur culturel,
4. La consolidation des filières culturelles stratégiques (presse, cinéma et audiovisuel, livre, audiovisuel public…),
5. Des investissements d’avenir pour les industries culturelles et créatives.

Un mécanisme de compensation des pertes d'exploitation

Afin d’encourager la reprise d’activité des exploitants de salle de spectacle, un nouveau mécanisme de compensation des pertes d’exploitation voit le jour. « Doté de 100 M€, hors crédits relance, ce dispositif sera instauré après concertation avec les professionnels du secteur, avec effet à compter du 1er septembre 2020 et pour une durée de 4 mois. Ce mécanisme s’adressera aux exploitants de salles TPE/PME du secteur privé.

Plan de relance: un effort de 2 milliards d'euros pour la Culture, Ministère de Culture, 3 septembre 2020

Emploi - Formation

Ce sont ainsi plus de 15 milliards d’euros qui seront consacrés au maintien dans l’emploi et à la formation des salariés, via l’activité partielle, ainsi qu’à l’emploi et la formation des jeunes. Il s’agit des deux principaux postes de dépenses du volet "emploi" du plan de relance.

Aide à l'embauche

6,7 milliards d’euros pour les jeunes

Quelque 6,7 milliards d’euros sont consacrés au plan jeunes, dont les mesures, annoncées en juillet dernier, sont déjà traduites en décrets : aide de 5.000 à 8.000 euros pour l’embauche d’apprentis et d’alternants, de 4.000 euros pour le recrutement de jeunes moins de 26 ans et des personnes handicapées (1,2 milliard) et des aides spécifique pour développer les services civiques (2,7 milliards d’euros).

Pour les jeunes, 223.000 places de formations supplémentaires seront ouvertes sur les "secteurs stratégiques et porteurs" (1,6 milliard d’euros), parmi lesquelles 100.000 formations qualifiantes dans le cadre des pactes régionaux d’investissement dans les compétences, dont des crédits non-consommés pourront être réorientés, souligne le ministère du Travail, précisant aussi qu’un point sera fait à ce sujet "mi-octobre". Les autres places ouvertes concerneront des formations aux métiers d’infirmier et d’aide-soignant (16.000), et aux savoirs numériques (15.000), des formations mises en œuvre par l’Afpa pour les 16-18 ans (35.000), mais aussi dans l’enseignement supérieur (30.000), ainsi que pour la réorientation des néo-bacheliers et l’accompagnement des élèves en CAP vers un diplôme ou une insertion professionnelle (27.000).

Plan de relance : les nouvelles aides pour l'embauche des jeunes, Ministère de l'Economie, Septembre 2020

Pour rappel - Plan « #1jeune1solution », Dossier de presse, Ministère du Travail, Juillet 2020

Accompagnement vers l'emploi

Retour des emplois aidés, soutien à la garantie jeunes et au Pacea

S’y ajoutent "300.000 parcours d’accompagnement supplémentaires vers l’emploi", pour un montant de 1,3 milliard d’euros dont la répartition avait déjà été présentée le 23 juillet dernier. Un montant qui se compose notamment de 900 millions d’euros consacrés aux emplois aidés, par le biais de financements fléchés sur le parcours emploi compétence, les contrats initiative emploi et l’insertion par l’activité économique (IAE). S’y ajoutent 400 millions d’euros, destinés aux accompagnements des jeunes : garantie jeunes, accompagnement intensif jeunes de Pôle emploi, Pacea (parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie) et accompagnement vers les métiers du sport et de l’animation.

En ce qui concerne le Pacea, l’objectif est d’augmenter l’allocation allouée aux jeunes, qui était de 497 euros au 1er avril 2020, précise le ministère du Travail. Enfin, 49 millions d’euros seront consacrés à l’accompagnement à la création d’entreprise, dont 9 millions pour les territoires ultramarins.

Sauvegarde de l'emploi

Près de 2 milliards d'euros pour les salariés

Pour ce qui est des actifs, le plan de relance consacre 6,6 milliards d’euros à l’activité partielle de longue durée qui, mise en œuvre depuis le 1er juillet 2020, se poursuivra en 2021. Ainsi budgétée, elle permet le placement d’un million de salariés par mois pendant un an au chômage partiel, dans les secteurs durablement touchés par la crise.

Destiné à financer les formations en période de chômage partiel, le FNE-Formation sera, lui, abondé à hauteur d’1 milliard d’euros sur 2020 et 2021. Il sera recentré sur les salariés des entreprises en activité partielle et "priorisé" sur les métiers et secteurs du plan de relance a précisé le ministère du Travail.

Enfin, France relance prévoit de doter de 270 millions d’euros la promotion ou la reconversion par l’alternance (ou Pro A, destinée à financer les reconversions de salariés dont l’emploi est menacé) ; de 100 millions d’euros le CPF (compte personnel de formation) de transition professionnelle, qui permet aux salariés de choisir une formation longue ; et de 25 millions d’euros l’abondement des CPF des actifs (salariés ou demandeurs d’emploi avec ancienneté) souhaitant se reconvertir sur des métiers porteurs.

Activité partielle de longue durée (APLD), Ministère du Travail, Août 2020

 

Energie

  • 9 milliards seront affectés à l'accompagnement des entreprises dans leur transition énergétique, notamment via la recherche et l'innovation, dont 2 milliards pour développer l'hydrogène "vert" afin de faire du pays "un des acteurs majeurs" du secteur. Un plan plus global sur l'hydrogène (7,2 Mds € - dont les 2 Mds du plan de relance - d'ici 2030) sera présenté dans les prochains jours.
  • 1,2 milliard ira à la décarbonation pour une économie estimée de 27 Mt de CO2: 600 M€ seront investis pour décarboner les appareils productifs ; un fonds de soutien à la chaleur bas carbone des entreprises industrielles sera abondé de 600 M€ et la distribution fonctionnera par appels à projets.

Export

Le chèque Relance Export

Lancement de la procédure d'agrément d'opérateurs

Ce volet du plan de relance est dédié aux entreprises exportatrices, en particulier aux PME-ETI, dans leur démarche de prospection à l’export. Renforcer la force de frappe des entreprises françaises à l’international dans le contexte de reprise de l’activité et de concurrence étrangère accrue.

Afin de ramener massivement les entreprises françaises vers les marchés étrangers, l’Etat a confié à Business France la gestion d’un fonds d’aide dans le cadre d’un Plan de Relance des Exportations prenant effet au 01/10/2020 et jusqu’au 31/12/2021.

Pour mobiliser les exportateurs, cette aide publique nationale se matérialise par un Chèque Relance Export auquel pourront prétendre les PME et ETI françaises qui se verront délivrer des prestations d’appui à l’export par des opérateurs agréés pour le Chèque Relance Export. A cet effet, Business France a élaboré une procédure d’agrément d‘opérateurs dont vous obtiendrez le détail en vous rendant sur www.teamfrance-export.fr/documents/referencement.pdf

Pack complet incluant les annexes et le texte de la convention

 

Tourisme

Un fonds de soutien pour des projets "Tourisme durable"

Les entreprises qui permettent la concrétisation rapide et la transformation de l’industrie touristique faisant évoluer les activités existantes vers des modèles plus durables, respectueux des normes environnementales les plus avancés pourront être subventionnés, si sélectionnés par un comité, via un fonds géré par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Site gouvernemental dédié au plan tourisme
> Plan de soutien, Mai 2020
> Comité interministériel du tourisme - 14 mai 2020

TPE-PME

Un renforcement des fonds propres

Afin de renforcer le bilan des TPE/PME, une garantie publique à des fonds d’investissement nationaux ou régionaux labellisés « France relance » est prévue. Ces fonds responsables insistent sur le renforcement des fonds propres et quasi-fonds propres des TPE/PME implantées en France.

Aussi, 10 à 20 Md€ de prêts participatifs de long terme soutenus par une garantie partielle de l’État pourront être accordés aux TPE/PME par les banques. L'objectif est de soutenir 10 à 20 000 TPE/PME et petites ETI.

Un plan de soutien à l'export

Pour repositionner les PME et ETI à l’export, le gouvernement prévoit notamment le renforcement des moyens de l’assurance-prospection avec la création d’une offre dédiée aux plus petits projets, la prise en charge de 50 % des frais de participation à un salon international ou à l’achat d’une prestation de projection collective ou individuelle via des « chèques exports » ou encore une aide de 5 000 € pour l’envoi en mission d’un jeune diplômé sous statut VIE.

Un mécanisme de compensation des pertes d'exploitation

Afin d’encourager la reprise d’activité des exploitants de salle de spectacle, un nouveau mécanisme de compensation des pertes d’exploitation doté de 100 M€, hors crédits relance, est créé. Ce dispositif est instauré après concertation avec les professionnels du secteur, avec effet à compter du 1er septembre 2020 et pour une durée de 4 mois. Ce mécanisme s’adresse aux exploitants de salles TPE/PME du secteur privé.

Des appels à projets dans le BTP

Le Gouvernement souhaite investir massivement dans la rénovation énergétique des bâtiments publics qui représentent 100 millions de mètre carrés. De nombreux appels à projets sont donc prévus. Les financements devraient permettre la rénovation d’environ 15 millions de m². 4 Md€ seront investis par l’État dont 300 M€ seront délégués aux Régions.

Voir rubrique "BTP - Matériaux de construction"

Un fonds de soutien pour des projets "Tourisme durable"

Les entreprises qui permettent la concrétisation rapide et la transformation de l’industrie touristique faisant évoluer les activités existantes vers des modèles plus durables, respectueux des normes environnementales les plus avancés pourront être subventionnés, si sélectionnés par un comité, via un fonds géré par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Voir rubrique "Tourisme"

Une aide à la transition écologique des TPE-PME

Le plan de relance détaille le dispositif lancé en juin avec la Bpi et l’Ademe pour accélérer la transition écologique des TPE/PME.

Des auto-diagnostics et des prêts "écologiques"

Les TPE/PME vont pouvoir réaliser un auto-diagnostic gratuit de leur niveau de maturité écologique via l’outil « le climatomètre » disponible sur le site de Bpifrance, ou à moindre coût via le dispositif « Diag éco-flux » (diagnostic plus poussé réalisé par des experts). Deux prêts spécifiques facilitent également leur transition écologique : le prêt « vert » Ademe-Bpifrance et le prêt « économies d’énergie ». Ces prêts sont les têtes de pont du futur « plan Climat » à 1,2 Md€ de la Bpi pour financer et accompagner la transition écologique des TPE/PME.

Un nouveau dispositif incitatif

Un dispositif plus incitatif que celui des certificats d’économies d’énergie (CEE) va être instauré pour inciter les entreprises à effectuer des travaux de rénovation. Il permettrait notamment aux TPE/PME concernées par le décret « tertiaire » (locaux de 1000 m2) d’atteindre leurs objectifs. Le programme « Service d’accompagnement pour la rénovation énergétique » conduit par l’Ademe, reste d’actualité.

Des aides forfaitaires et un label "coq vert"

Une offre d’intégration de la transition écologique dans le quotidien des artisans, commerçants et indépendants est actuellement en construction. Elle s’appuierait sur le « coq vert », emblème créé pour identifier les entreprises engagées dans la transition écologique. Des aides forfaitaires pour les actions d’écoconception des produits et services développés par les TPE/PME sont également mises à disposition.

 

Transports

Les transports bénéficieront de 11 milliards d'euros.

  • 4,7 milliards d'euros seront affectés à la SNCF afin de redévelopper le fret ferroviaire (passer de 9 à 18%), les petites lignes (plan de sauvetage national en partenariat avec les régions) et deux lignes de trains de nuit.
  • 1,2 Md € sera consacré aux transports du quotidien.

Un plan vélo de 200 M€ permettra la construction de pistes cyclables et des passerelles au-dessus des autoroutes.

Les transports publics bénéficieront donc d'1 Md €, notamment en Ile-de-France (près de 700 M€ dans les deux années) et dans les régions pour des projets de métro et de tramway (300 M€).

  • Le "verdissement" routier et autoroutier n'est pas oublié : 100 M€ seront dévolus aux bornes électriques (objectif 100 000 bornes) ; 175 M€ complémentaires seront alloués pour accélérer la rénovation et l'entretien des voies d'eau (canaux) et plus de 200 M€ seront attribués pour les projets d'électrification à quai dans les ports maritimes.

 

Partagez cet article
Retour en haut